Clément Auguste Prosper Joubert


Il naît le 20 février 1888 à Beaumont-Pied-de-Bœuf dans la Sarthe, fils de Jules Auguste, cultivateur et de Clémence Marie Maudeux (ou Mondeux).


On lui connaît deux frères :


  • Marcel Armand Jules né le 11 décembre 1891 à Beaumont-Pied-de-Bœuf qui épouse Eugénie Clémence Maudeux le 11 février 1918 à Lavernat dans la Sarthe. Exempté dans un premier temps pour « musculature insuffisante », il participera par la suite à la Grande Guerre de 1917 à 1919 dans l'armée auxiliaire.
  • Georges Eugène né le 11 décembre 1901 à Saint-Christophe dont on ne sait rien (pas de mentions marginales).
Maria Joubert née Pivard et son fils, Gilbert

Clément Auguste épouse Maria Sylvine Pivard le 24 novembre 1913 à Saint-Christophe.

Tous les parents sont présents et consentants ; il n'a pas été fait de contrat de mariage et parmi les témoins on retrouve Marcel Joubert, le frère de l'époux, cultivateur à Saint-Christophe, Henri Pivard, également cultivateur à Saint-Christophe, frère de l'épouse et Maurice Bonsens, épicier à Saint-Christophe. Tous ces jeunes gens qui ont entre 22 et 25 ans sont loin de se douter de l'évolution tragique des mois à venir. En effet, le marié et son ami Maurice, l'épicier laisseront leur vie pour la patrie.

 

Un petit Gilbert va naître le 14 février 1915. On le retrouve en février 1939 dans une plantation à Benty (Guinée française – AOF) puis il disparaît définitivement et mystérieusement.

 

 

 

 

 

 

 

< Gilbert Joubert et sa maman Maria Pivard 

 

Clément Auguste mesure 1,65 m, a les cheveux et les sourcils blonds, les yeux roux, le front est qualifié d'ordinaire, le nez est long et la bouche moyenne ; un menton rond et un visage ovale terminent la description physique qui est faite de lui au moment de son conseil de révision passé à Neuvy-le-Roi, chef-lieu du canton. Son degré d'instruction est noté à 2 (sait lire et écrire).


Incorporé au 82e Régiment d'Infanterie à Montargis (Loiret) à compter du 8 octobre 1909, il y arrive le jour même et est enregistré comme soldat de deuxième classe sous le matricule 1653.

Il est renvoyé en disponibilité le 24 septembre 1911 en attendant un passage dans la réserve qui aura lieu le 1er octobre suivant.

Le certificat de bonne conduite lui est accordé.

 

Il est rappelé à l'activité le 3 août 1914 suite au décret de mobilisation générale.

Le 82e RI fait partie de la 17e brigade, 9e division et 5e corps d'armée.

Il participe à la bataille de la Marne (du 5 au 13 septembre 1914) puis se retrouve dans les combats de l'Argonne.

 

Clément Auguste Joubert est « tué à l'ennemi » lors des combats de la cote 263 à Boureuilles dans la Meuse.

La commune de Boureuilles est située à 25 km à l'ouest de Verdun et à 2 km au sud de Varennes-en-Argonne. La cote 263 se trouve à 2 km à l'ouest de Boureuilles.

 





Précédemment inhumé au cimetière de la Maison Forestière, il est transféré au cimetière de La Chalade (arrondissement de Verdun) le 6 mars 1924, tombe n° 314 (avis de transfert PV n° 48.627 du 13 mars 1924).



Son acte de décès est transcrit sur les registres de Saint-Christophe-sur-le-Nais le 12 août 1915 (167/363).

Son nom figure sur tous les monuments de Saint-Christophe-sur-le-Nais (monument aux morts, plaque de l'église, tableau de la mairie) ainsi que sur le monument aux morts de Beaumont-Pied-de-Bœuf, son village natal dans la Sarthe. 



Sources : AD 37 en ligne, Site mémoire des hommes.fr

Carte de situation : pages14-18.mesdiscussions.net,

 Photos : JP Perrotin, David et Brigitte Bonnaud