Alexandre Jean Sennegon


Jean Sennegon épouse Marguerite Désirée Dommée le 13 juillet 1875 à Saint-Paterne-Racan.

Ils auront trois filles successivement puis un garçon, tous nés à Saint-Christophe :

  • Marguerite qui naît le 24 mars 1876 et décède âgée de 10 mois le 27 janvier suivant.

  • Anne Désirée qui voit le jour le 21 juillet 1877 ; elle épouse François Alexandre Peletier le 9 novembre 1901 à Saint-Christophe.

  • Marie-Louise qui naît le 14 juin 1879 ; elle épouse Victor Louis Morand le 11 novembre 1905 à Villebourg et décède le 28 avril 1956 à Cérelles.

  • Alexandre Jean, objet de cette fiche qui voit le jour le 10 février 1883.

 

Il est cousin germain avec Alphonse Eugène SENEGON, mort pour la France le 26 octobre 1914.

 

 

Sa fiche matricule n° 292 au recrutement de Tours pour la classe 1903 nous apprend que le conseil de révision de Neuvy-le-Roi l'a déclaré « propre au service armé ».

Il a les cheveux et les sourcils châtains, les yeux bleus, le front ordinaire, le nez moyen tout comme la bouche ; le menton est rond, le visage ovale et sa taille est de 1,70 m.

Incorporé au 66e RI de Tours, il y arrive le 16 novembre 1904 où il est immatriculé sous le n° 6075. Il passe soldat de première classe le 19 octobre 1906 et est renvoyé dans ses foyers comme soutien de famille le 29 mars 1907.

Le certificat de bonne conduite lui est accordé.

 

Le 28 novembre 1908 alors que son père est décédé au début de l'année, il épouse à Souvigné, Louise Marthe Françoise Bossé, native de Sonzay. On ne leur connaît pas d'enfants.

Il effectue une première période d'exercices dans le 66e RI entre le 29 août et le 20 septembre 1910 puis une seconde période du 14 au 30 mai 1913, toujours dans le même régiment.

 

Rappelé à l'activité le 12 août 1914 suite au décret de mobilisation générale, il rejoint son régiment d'attache puis passe au 409e RI à compter du 21 mars 1916.

Le JMO du régiment note en effet l'arrivée de renforts entre les 22 et 24 mars : 2 capitaines, 8 sous-lieutenants, 39 sergents, 55 caporaux et 675 soldats dont Alexandre Jean Sennegon.

 

  • Les troupes sont ensuite déplacées sur Verberie (60) et le 409e RI fait partie de la Iie armée.

  • Fin avril 1916, le régiment se transporte à Saint-Crépin-aux-Bois (60) et participe à la bataille de Quenevières (60).

  • De août à septembre, c'est la bataille de la Somme avec la prise de Vermandovilliers, Lihons et Lihu (80).

  • En octobre 1916 : Ablaincourt et Soyécourt, toujours dans la Somme.

  • 5 janvier 1917 : le général Nivelle adresse ses vœux à toutes les troupes sous son commandement.

  • 20 janvier : le régiment part cantonner à Vandœuvre, Heillecourt et Houdemont tout près de Nancy autour de laquelle il va se déplacer pendant quelque temps au gré des stratèges. Le déplacement du régiment se poursuit vers Roville (54) en suivant le cours de la Moselle vers le sud ; le 409e RI se déplace en une seule colonne et simule une marche en retraite.

  • 11 et 12 février : en route vers Dombasle (54) entre Nancy et Lunéville.

  • 2 mars : déplacement vers Champenoux (54) ; on remonte vers le nord. Après deux semaines de repos et de réparations, la troupe est envoyée cantonner à Saint-Nicolas-de-Port (54) ; on tourne toujours autour de Nancy.

  • Fin mars : Velle-sur-Moselle (au sud de Nancy).

  • 30 mars : stationnement à Rehainviller (54) à côté de Lunéville.

  • Jusqu'au 11 avril : RAS ; repos et travaux d'entretien.

  • 12 avril : déplacement par train de Lunéville à Château-Thierry (02) pour cantonnement le 14 du 409e RI à Essomes, Fossoy, Azy et Rouvroy (02).

  • 16 avril : positionnement à Coincy, Bézu-Saint-Germain et Brécy (02).

  • 18 avril : cantonnement à Étampes, les Évaux, Blesmes et Nesles (02) dans la périphérie de Château-Thierry.

  • 20 avril : le 409e RI faisant partie de la 1ère armée passe à la 5e armée avec la 167e division.

  • Entre 23 et le 25 avril : les troupes sont transportées dans la région située au sud-ouest de Reims.

  • 25 avril:tout le régiment stationne à Rosnay (51), quelques kilomètres à l'ouest de Reims.

Nous sommes dans la région du « Chemin des Dames ».

Alexandre Jean ne participera pas aux combats car il est conduit à l'ambulance 5/5 de Sapicourt, tout près du lieu où stationne son régiment.

Il décède le 28 avril 1917 d'une angine diphtérique. Il avait 34 ans.

 

On note une ambiguïté (certainement une erreur) au niveau de l'Historique du 409e RI qui signale un certain Sennegon AJ parmi les soldats tué au cours de la « Bataille de la Somme » en septembre et octobre de l'année 1916. Voir la page correspondante.

Sa veuve, Louise Marthe Françoise Bossé, née à Sonzay le 27 janvier 1887, se remarie le 9 juin 1920 à Souvigné avec Eugène Émile Arnou dont elle aura deux enfants. Elle décède le 9 janvier 1953 à Sainte-Marie-sur-Mer – Pornic (44).

 

 

 

Il repose à la Nécropole de la « Maison bleue » située sur la commune de Cormicy (51). Sa sépulture porte le n° 7238.

 

 

Natif de Saint-Christophe-sur-le-Nais, son nom figure sur le monument aux morts, le tableau de la mairie et le livre d'or de la commune. Son acte de décès est transcrit dans les registres de Saint-Christophe le 9 août 1917.


Sources :

AD37 en ligne.

Mémoire des Hommes.

 

Photos : Wikipédia et Brigitte & David Bonnaud-Doyen