Valentin Marcel Gaston Denis


Le 6 juillet 1875 est célébré à Villebourg le mariage entre Eugène Louis DENIS et Marie Louise Ernestine CHOPIN. Il a 24 ans, né à Beaumont-la-Chartre (72) le 4 avril 1851 et il est gagiste. Elle a 18 ans, née le 21 février 1857 à Villebourg et y demeurant.

 

Ils vont avoir 2 enfants nés à Villebourg :

Valentine Amanda née le 12 décembre 1876.

Ferdinand Eugène Amédée né le 10 octobre 1880.

 

Puis ils quittent Villebourg pour Saint Christophe où ils auront 7 autres enfants :

  • Jean-Michel né le 21 mai 1884 qui épousera Alphonsine Marie LEMERCIER le 9 février 1920 à Villebourg et décédera le 17 décembre 1950 toujours à Villebourg.
  • Valentin Marcel né le 22 juillet 1886, objet de cette fiche.
  • Hippolyte Ernest Émilien né le 9 décembre 1887 qui épousera Marie POUPÉE le 23 juin 1921 à Saint-Christophe.
  • Alfred né le 10 avril 1889 et décédé le 5 mai suivant, jumeau d'Alice.
  • Alice née le 10 avril 1889 et décédée le 19 avril suivant, jumelle d'Alfred.
  • Aline Isabelle née le 24 janvier1891 qui épousera Henri NANET le 29 juillet 1911 à Saint-Christophe et décédera aussi à Saint-Christophe le 9 mars 1921.
  • Marceline Anastasie Thérèse née le 26 juillet 1896.

 

Valentin Marcel est donc né le 22 juillet 1886 et résidant à Montoire (41) au moment de son conseil de révision passé avec la classe 1906, il reçoit le numéro matricule 1666 au recrutement de Blois (41). Il est alors cultivateur et ses parents demeurent également à Montoire.

 

Il a les cheveux et les sourcils blonds, les yeux bleus, le front bas, le nez ordinaire, la bouche grande, le menton rond, le tout dans un visage allongé. Il mesure 1,68m et son degré d'instruction générale est de 3.

 

Il est déclaré « propre au service armé » et il est affecté au 30e Régiment d'Artillerie qu'il rejoint le 9 octobre 1907 en tant que 2e canonnier conducteur.

Il est envoyé en disponibilité le 25 septembre 1909 en attendant son passage dans la réserve de l'armée active.

Le certificat de bonne conduite lui est accordé.

 

 

Le 26 juin 1911, il épouse Élise Eugénie JÉRÔME à Neuillé-Pont-Pierre. Il est alors champignoniste demeurant à Saint-Christophe et elle qui n'a que 17 ans est née à Chenu (72). Elle demeure à Neuillé où elle est gagiste. Ils déclarent qu'un enfant est né le 28 août 1910, avant leur mariage, et qu'il a été déclaré sous le nom de JÉRÔME Raymond Armand.

Il effectue une période au sein de son régiment, le 30e RA du 18 janvier au 9 février 1912.

 

Il est rappelé à l'activité à la suite de l'ordre de mobilisation générale et rejoint à Orléans (45), le 30e Régiment d'Artillerie, son unité d'origine.

 

Le 15 avril 1917 il passe au 269e RA, régiment qui vient d'être formé à Villersexel (70) à partir de trois groupes constituant l'artillerie de la 87e division d'infanterie active. Jusqu'à mi-mai, c'est une période d'instruction, puis le 20 juin, le régiment embarque par chemin de fer, sous la direction du commandant Royer, pour le « Chemin des Dames ». Le 23 octobre, le 269eRA participe à l'attaque de la Malmaison.

 

Le 13 décembre 1917, il rejoint le 14e Régiment du Train, puis le 1er février 1918, il passe au 4e Escadron du Train (réserve) et enfin le 15 mars 1918, rejoint le 15e Escadron du Train.

 

Sur cet extrait de l'« Historique du 15e escadron du train des équipages militaires pendant la campagne 1914-1918 » on trouve le nom de notre Christophorien qui faisait partie de la 1ere compagnie.

*CVAD = ConVoi ADministratif

 

 

Il décède précisément le 22 mai 1918 des suites de cet accident survenu au ravin de Bazil. Un jugement est rendu le 19 octobre 1921 par le tribunal de Tours. La mention « Mort pour la France » lui est accordée et l'acte est retranscrit le 15 novembre 1921 sur les registres de Saint-Paterne.

 

 

On peut dire de lui qu'il fait partie des « oubliés de Saint-Christophe » puisque natif de la commune, il ne figure ni sur le monument aux morts, ni sur le tableau en mairie, ni sur la plaque de l'église, ni sur le livre d'or...

 

 

En revanche, nous savons qu'il est enterré à Fleury-devant-Douaumont (Meuse) dans la nécropole de Douaumont (tombe individuelle n° 4066) et son nom figure sur les monuments de Saint-Paterne et de Neuillé-Pont-Pierre.

 

 

 


 

Sources :

AD37 en ligne.

Mémoire des Hommes.

Mémorial GenWeb.

Site Delcampe.

Historique du 15e Escadron du Train (Gallica).

 

David et Brigitte Bonnaud-Doyen.